Objets connectés : quelles opportunités pour le marketing ?


Objets connectés : quelles opportunités pour le marketing ?

Télévision, voiture, cafetière, balance, montre, tissu, volets… les objets connectés attirent les attentions et s’initient dans le quotidien des consommateurs, avec 50 milliards d’objets connectés prévu dans le monde d’ici quelques années.

television.jpg

La révolution « connectée » est lancée, le marché des objets connectés est ouvert, générant plusieurs questions pour les marques dans l’utilisation des données et la naissance de nouveaux business modèles.

Les caractéristiques des objets connectés

Un objet connecté est caractérisé par son identifiant généralement numérique, par type ou par entité, comme les codes barre ou les adresses IP des ordinateurs. Puis la sensibilité à son environnement. Un objet connecté peut non seulement référer son état, mais il peut également reporter des informations sur son environnement : humidité, température, vibrations, bruit, géolocalisation. L’interactivité est une autre caractéristique, soit l’interconnexion entre plusieurs objets connectés. Ensuite, la représentation virtuelle qui permet à un programme sur le cloud d’agir au nom d’un objet dont il a connaissance et auquel il est rattaché. Donc, même tout objet peut avoir un cyber-objet ou un agent virtuel, soit une représentation virtuelle complexe. Et enfin, l’autonomie et l’indépendance des objets connectés, sans le contrôle d’une intelligence centrale, et leur capacité à réagir et interagir avec d’autres objets du réseau quand nécessaire.

Quelle place pour le consommateur ?

Une étude sur la place des objets connectés pour le consommateur a été menée, et a révélé que les objets connectés sont de plus en plus connus mais une majorité les trouve sans intérêt, d’où seulement 11% d’intention d’achat.

objet-connecte.jpg

Toutefois, d’un côté, les consommateurs admettent volontiers que les objets connectés facilitent la vie et améliorent la santé, et d’un autre ils appréhendent la sécurité des données personnelles, la sujétion et le coût relativement élevé. Tout compte fait, l’attente du consommateur vis-à-vis d’un objet connecté est plus le résultat que l’objet en lui-même.